Accueil | Opinions Libre | Hommage à nos a..
Hommage à nos artisans, des champions nationaux
souleymane diouf
jeudi 11 mars, 2021 - 17:14

Loza Maleombho ce nom ne vous dit peut être rien. C’est une styliste ivoirienne considérée comme une étoile montante du stylisme africain. Elle aurait conçu des costumes pour le clip de Beyonce « Formation ».Dit on même que ses modèles se retrouvent dans le nouveau film « Un prince à New York 2 » joué par Eddie Murphy, en tout cas l’on y remarque une touche bien africaine notamment avec une actrice sapée de maillots d’équipes nationales africaines dont le Sénégal.

A l’image de Collé Ardo Sow, Diouma Dieng Diakhaté, Oumou sy,Adama Ndiaye j’en passe ,elle a su exporter et exposer des pans de notre culture diversifiée. Hommage bien mérité à ces artisans qui nous valent bien des satisfactions.

Mais que reste-il de ce secteur? Et de l’artisanat en général?  L’Etat est-il conscient qu’une culture qui se vend dans le monde est un signe et un vecteur de développement?

Quand je vois ce que produisent nos tailleurs je suis ébloui par la qualité de leur travail. Tellement beau, tellement vrai, tellement authentique! Une pure merveille de création qui allie tradition et modernité. Ce secteur qui est à mon sens classé à tort dans le secteur informel est l’un des secteurs les plus avancés en termes de création et d’innovation. Je peux sans risque de me tromper affirmé qu’en Afrique nos tailleurs font partie des meilleurs.

L’architecture, la maçonnerie sont des branches qui  sont en avance sur beaucoup d’autres entités. Il est de notoriété publique que nos architectes et maçons participent à la construction des plus grands et des plus beaux édifices dans la sous-région et un peu ailleurs. Et je me demande bien comment on peut confier les Btp à des multinationales étrangères?

La réponse est toute simple. Je me permettrai de citer un jeune frère qui disait que : «  le développement est endogène. Il faut fabriquer des champions nationaux ».

Notre Etat est en retard par rapport aux secteurs susmentionnés et par rapport  d’autres catégories socio-professionnelles. Il fonctionne au ralenti alors que l’idéal aurait été :

-d’offrir des facilités fiscales, de prêt, des garanties financières, des formations.

Parce que plusieurs d’entre nous maitrisent leur art mais n’ont pas bénéficié d’assistance et de formation en management et en gestion. Et à l’heure où nous sommes il faut certes maîtriser son art mais il faut en plus des compétences managériales pour être compétitif.

– de faire dans la discrimination positive en favorisant le national

– de réformer le cadre institutionnel obsolète…chaque travailleur doit savoir ce qui régit sa fonction et les possibilités qui lui sont offertes par la loi.

Au même titre qu’assurer la justice, la santé…il revient à l’Etat d’encourager et d’encadrer l’entreprenariat.

In fine je me mue en avocat de la cause jeune pour dire que les jeunes veulent travailler il leur manque juste un Etat qui mesure et prenne conscience de la plénitude de leurs potentiels.

Les opinions exprimées dans les commentaires sont celles des propriétaires et non l'opinion de weli.info
Total: 0

laissez un commentaire


Parmi les conditions de publication: ne pas offenser l'écrivain, les gens, les choses sacrées, ou attaquer les religions ou le divin, et s'abstenir de toute incitation et insultes racistes.
">