Accueil | Sénégalais du monde | L’histoire d&r..
L’histoire d’Abdou, le sénégalais qui a embrassé Luna
RTVE
vendredi 11 juin, 2021 - 13:44

La RTVE a interviewé Abdou, le migrant protagoniste du câlin avec Luna, une image emblématique de la crise migratoire à Ceuta

Les deux se sont rencontrés à nouveau pour la première fois par le biais d’un appel vidéo. Dans le journal télévisé nous vous racontons son histoire

Abdou est à la recherche de son frère, qu’il ne connaît pas depuis qu’il l’a laissé inconscient sur la plage de Tarajal il y a six jours

Son étreinte avec Luna Reyes, une employée de la Croix-Rouge, après une baignade à la plage de Tarajal est devenue un symbole de la crise migratoire à Ceuta. Nous avons entendu son témoignage à son sujet, mais on a seulement appris qu’il était sénégalais et qu’il avait été renvoyé au Maroc après avoir traversé la frontière. Aujourd’hui, une équipe de la radiotélévision espagnole a pu parler avec Abdou et découvrir son histoire.

Il a 27 ans et est actuellement à Casablanca. Il a de nouveau rencontré par appel vidéo avec Luna pour la première fois depuis le câlin et, ému, il l’a remerciée pour ce qu’elle a fait pour lui. « Je ne pourrai jamais oublier son geste », a-t-il assuré. Il dit qu’il aimerait la revoir pour la remercier personnellement de son geste avec lui. Il ne comprend pas les attaques sexistes et racistes que Luna a reçues après que son câlin soit devenu viral. « Elle a juste fait son travail. Ça m’a réconforté, ça m’a aidé, c’était un geste humain », dit-il.

Il vit mal au Maroc depuis quatre ans et avait déjà tenté de passer la frontière avec son frère à d’autres occasions. Dès qu’ils ont appris que la semaine dernière le royaume alaouite avait ouvert ses frontières, ils n’ont pas hésité et ont marché de Tanger à Castillejos, à la frontière avec Ceuta, pendant une nuit entière, « de 7 heures de l’après-midi à 6 heures du matin du le lendemain. », se souvient-il.

La dernière étape s’est faite à la nage, en traversant le brise-lames frontalier de la plage de Tarajal pendant 20 minutes. Il est arrivé épuisé et désespéré sur la plage de Ceuta où étaient concentrés des dizaines de migrants récemment arrivés, et il a fondu en larmes lorsqu’il a vu que son frère était inconscient. À ce jour, il ne sait toujours rien de lui et il a demandé à Luna de savoir s’il est vivant.

Abdou et son frère sont orphelins. Ils vivaient au Sénégal avec leur grand-mère, mais ils ont décidé d’émigrer car ce qu’il gagnait en tant que maçon ne suffisait pas à les faire vivre. Le Maroc était un pas avant l’Espagne, où il rêve d’arriver un jour « pour commencer une nouvelle vie, une vie digne ». Son autre rêve est de voir son équipe, le Barça, jouer un jour.

« Je n’avais pas peur de mourir », dit-il. Ni lui, ni les autres personnes qu’il a rencontrées dans sa tentative de traverser la frontière. Après son long voyage, il tomba malade. Il est maintenant fatigué et tousse fréquemment.

Témoignage de Luna : « Ce câlin était sa bouée de sauvetage »

Sur la plage de Tarajal, Luna, 20 ans, de Móstoles, l’a aidé. « Il a pleuré, j’ai tendu la main et il m’a serré dans ses bras », a-t-il déclaré à RTVE.es dans une interview exclusive. « Se pegó a mí como una lapa. Ese abrazo fue su salvavidas », decía emocionada: « Me hablaba en francés y enumeraba con los dedos de la mano. Yo no entendía nada, pero estoy convencida de que estaba enumerando los amigos que ha perdido en route ».

« Il pleurait, il bavait tout le temps, avant de me serrer dans ses bras il se lapidait la tête. Il voulait se suicider », a-t-il déclaré. « Je sais qu’il était du Sénégal et son regard perdu est gravé sur moi. Ses yeux étaient très rouges. »

L’histoire de Luna est devenue virale sur les réseaux sociaux et a déclenché une vague de messages sexistes et racistes. Après avoir reçu des centaines d’insultes, la bénévole a été contrainte de rendre son profil Twitter privé.

Abdou n’était que l’une des plus de 8 000 personnes qui sont entrées dans la ville autonome – bien que le gouvernement local en porte le nombre à 12 000 – entre lundi matin et mercredi après-midi. Parfois, 90 personnes entraient par minute. Quelque 7 500 d’entre eux sont rentrés au Maroc, soit par leurs propres moyens, soit par les forces de sécurité espagnoles.

Plusieurs ONG ont dénoncé le retour de mineurs et de personnes vulnérables, ce qui est illégal selon la législation espagnole et les conventions internationales. Le gouvernement assure qu’il ne fait pas de retours à chaud, mais qu’il s’agit d’un « rejet à la frontière » et défend qu’il respecte la loi.

En février de l’année dernière, la Cour européenne des droits de l’homme et la Cour constitutionnelle ont entériné que ce type de retour, pratiqué dès que le territoire espagnol est foulé aux pieds, relève de la loi dans certains cas. Ils ont toutefois prévenu qu’ils ne pouvaient être effectués en masse, sans étudier personnellement la situation de chaque migrant, mineur ou demandeur d’asile.

Dans une interview à RNE, le président de Ceuta, Juan Vivas, a déclaré qu’il y avait encore 3 000 migrants dans la ville, dont un tiers de mineurs. Ceuta mettra du temps à retrouver la normalité car « un pourcentage notable de ceux qui sont entrés » sont toujours dans la ville, a-t-il assuré. Selon Vivas, « la normalité sera atteinte lorsque les personnes entrées irrégulièrement seront renvoyées ».

Les opinions exprimées dans les commentaires sont celles des propriétaires et non l'opinion de weli.info
Total: 0

laissez un commentaire


Parmi les conditions de publication: ne pas offenser l'écrivain, les gens, les choses sacrées, ou attaquer les religions ou le divin, et s'abstenir de toute incitation et insultes racistes.