Accueil | Europe | Affaire des « écoute..
Affaire des « écoutes » : face à la justice, Nicolas Sarkozy dans l’attente d’un verdict historique
weli info
lundi 1 mars, 2021 - 10:13

Accusé de corruption et de trafic d’influence, la justice française doit rendre lundi sa décision dans l’affaire des « écoutes » impliquant l’ex-président français Nicolas Sarkozy, son avocat Thierry Herzog et l’ancien haut magistrat Gilbert Azibert. En décembre, quatre ans d’emprisonnement dont deux fermes avaient été requis à l’encontre des trois prévenus.

Nicolas Sarkozy sera-t-il le deuxième ancien président condamné sous la Ve République après Jacques Chirac ?

Le tribunal correctionnel de Paris rend, lundi 1er mars, son jugement dans l’affaire dite des « écoutes », après de lourdes réquisitions en décembre. La présidente de la 32e chambre, Christine Mée, doit commencer la lecture de sa décision à partir de 13 h 30 et dire si l’ancien chef de l’État est reconnu coupable des délits de corruption et de trafic d’influence, qu’il conteste.

Le 8 décembre, le parquet national financier (PNF) a requis contre l’ex-président de 66 ans quatre ans d’emprisonnement dont deux ferme, estimant que l’image présidentielle avait été « abîmée » par cette affaire aux « effets dévastateurs ». Quelle que soit la décision du tribunal, elle sera historique, plus de neuf ans après la condamnation de Jacques Chirac à deux ans de prison avec sursis dans l’affaire des emplois fictifs de la ville de Paris. Cette décision sera aussi cruciale pour Nicolas Sarkozy, qui affronte dès le 17 mars un deuxième procès, dans l’affaire « Bygmalion », portant sur les frais de sa campagne présidentielle de 2012.Retiré de la politique depuis 2016 mais toujours très populaire à droite, un an avant le prochain scrutin présidentiel, Nicolas Sarkozy a fermement réclamé à la barre d’être « lavé de cette infamie. L’affaire des « écoutes » remonte à 2014. Dans le cadre de l’enquête sur les soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007 – qui lui a valu depuis un quadruple mise en examen -, les juges découvrent que Nicolas Sarkozy utilise une ligne téléphonique secrète, ouverte sous l’alias de « Paul Bismuth », pour communiquer avec son avocat Thierry Herzog.

france 24

Les opinions exprimées dans les commentaires sont celles des propriétaires et non l'opinion de weli.info
Total: 0

laissez un commentaire


Parmi les conditions de publication: ne pas offenser l'écrivain, les gens, les choses sacrées, ou attaquer les religions ou le divin, et s'abstenir de toute incitation et insultes racistes.